RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Portail du Premier Ministère
Premier Ministre / Activités du Premier Ministre
ACTIVITES

Le Premier Ministre à Djelfa : le développement des régions est le moteur de la compétitivité

Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a animé, lundi au théâtre régional Ahmed Ben bouzid dit Attallah à Djelfa, une rencontre avec la société civile.
M.Abdelmalek Sellal a insisté lors de cette rencontre sur les points suivants :  

- Le vote est à la fois un droit et un devoir et libre à celui qui veut le  négliger mais qu'il ne nous impose pas son choix en incitant les Algériens  à emprunter le chemin de la suspicion et du désespoir.
-Les prochaines législatives représentaient un pas  important  sur la voie de l'édification des institutions de l'Etat après les amendements majeurs introduits dans la Constitution.
-Ces élections sont une halte où le peuple devra choisir en toute souveraineté, ses représentants  pour concrétiser sa volonté collective.
-Le 4 mai prochain, il est impératif d'adresser à partir de Djelfa et de  toutes les autres régions du pays un message de fraternité et d'espoir au  peuple algérien et tout particulièrement, au Moudjahid Abdelaziz  Bouteflika, pour souligner l'attachement à l'unité, à la souveraineté, à la  sécurité, à la stabilité et à son programme national de relance.
-La justice sociale était l'une des principales conditions pour réaliser l'efficacité économique, ce qui a amené l'Etat à poursuivre ses efforts dans le domaine social et à maintenir les programmes  de développement local en dépit de la conjoncture économique difficile.
-L'expérience de plusieurs pays dans le monde a démontré que la justice  sociale n'est pas un obstacle devant l'efficacité économique mais l'une de ses conditions principales.
-Le développement des régions est le moteur de la compétitivité.  
-C'est pour cette raison l'Etat a poursuivi  ses efforts dans le domaine social ainsi que les programmes de  développement local dans les différents secteurs en dépit de la conjoncture  économique difficile tout en veillant à ce que la rationalisation des dépenses concerne uniquement les catégories aisées.
-Les programmes destinés au Sud et aux Hauts  Plateaux, à l'instar de la wilaya de Djelfa, ont constitué un outil national pour réaliser la justice.
-L'Etat à poursuivre ces programmes et à les renforcer au cours des prochaines années  en tirant profit de l'expérience précédente et en focalisant sur les  besoins essentiels des citoyens.
-L'avenir de l'Algérie est dans le Sud et les Hauts Plateaux.
-La vaste superficie de notre pays est un avantage et  non pas un obstacle.
-Les atouts importants de ces régions  dans le secteur de l'agriculture, de l'industrie et des services n'ont pas encore été exploités de façon optimale, en dépit du fait qu'elles soient  des réserves importantes de richesse et d'emploi.
-On ne peut envisager un développement national sans une économie  productive et une recherche permanente de la valeur ajoutée dans nos  richesses naturelles dont nous avons entamé le processus de mise en valeur  avant leur exportation.
-Nous sommes tenus d’appliquer le programme de développement dans tous  les domaines à travers des filières interdépendantes englobant la  production, la transformation, la commercialisation et l'exportation.
-Notre adversaire dans cette bataille ne sont pas les cours de pétrole  mais plutôt le désespoir.  
-La politique judicieuse du gouvernement et la politique de rationalisation des dépenses ont permis au pays de faire face à cette crise.
-Le niveau des réserves de change du pays demeure maitrisable et que l'Algérie n'a pas de dettes.
-L'Algérie n’a pas recouru à l’endettement extérieur et ne le fera pas.


Le Premier Ministre à Djelfa : le développement des régions est le moteur de la compétitivité

Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a animé, lundi au théâtre régional Ahmed Ben bouzid dit Attallah à Djelfa, une rencontre avec la société civile.
M.Abdelmalek Sellal a insisté lors de cette rencontre sur les points suivants :  

- Le vote est à la fois un droit et un devoir et libre à celui qui veut le  négliger mais qu'il ne nous impose pas son choix en incitant les Algériens  à emprunter le chemin de la suspicion et du désespoir.
-Les prochaines législatives représentaient un pas  important  sur la voie de l'édification des institutions de l'Etat après les amendements majeurs introduits dans la Constitution.
-Ces élections sont une halte où le peuple devra choisir en toute souveraineté, ses représentants  pour concrétiser sa volonté collective.
-Le 4 mai prochain, il est impératif d'adresser à partir de Djelfa et de  toutes les autres régions du pays un message de fraternité et d'espoir au  peuple algérien et tout particulièrement, au Moudjahid Abdelaziz  Bouteflika, pour souligner l'attachement à l'unité, à la souveraineté, à la  sécurité, à la stabilité et à son programme national de relance.
-La justice sociale était l'une des principales conditions pour réaliser l'efficacité économique, ce qui a amené l'Etat à poursuivre ses efforts dans le domaine social et à maintenir les programmes  de développement local en dépit de la conjoncture économique difficile.
-L'expérience de plusieurs pays dans le monde a démontré que la justice  sociale n'est pas un obstacle devant l'efficacité économique mais l'une de ses conditions principales.
-Le développement des régions est le moteur de la compétitivité.  
-C'est pour cette raison l'Etat a poursuivi  ses efforts dans le domaine social ainsi que les programmes de  développement local dans les différents secteurs en dépit de la conjoncture  économique difficile tout en veillant à ce que la rationalisation des dépenses concerne uniquement les catégories aisées.
-Les programmes destinés au Sud et aux Hauts  Plateaux, à l'instar de la wilaya de Djelfa, ont constitué un outil national pour réaliser la justice.
-L'Etat à poursuivre ces programmes et à les renforcer au cours des prochaines années  en tirant profit de l'expérience précédente et en focalisant sur les  besoins essentiels des citoyens.
-L'avenir de l'Algérie est dans le Sud et les Hauts Plateaux.
-La vaste superficie de notre pays est un avantage et  non pas un obstacle.
-Les atouts importants de ces régions  dans le secteur de l'agriculture, de l'industrie et des services n'ont pas encore été exploités de façon optimale, en dépit du fait qu'elles soient  des réserves importantes de richesse et d'emploi.
-On ne peut envisager un développement national sans une économie  productive et une recherche permanente de la valeur ajoutée dans nos  richesses naturelles dont nous avons entamé le processus de mise en valeur  avant leur exportation.
-Nous sommes tenus d’appliquer le programme de développement dans tous  les domaines à travers des filières interdépendantes englobant la  production, la transformation, la commercialisation et l'exportation.
-Notre adversaire dans cette bataille ne sont pas les cours de pétrole  mais plutôt le désespoir.  
-La politique judicieuse du gouvernement et la politique de rationalisation des dépenses ont permis au pays de faire face à cette crise.
-Le niveau des réserves de change du pays demeure maitrisable et que l'Algérie n'a pas de dettes.
-L'Algérie n’a pas recouru à l’endettement extérieur et ne le fera pas.